Les montres commémoratives de la victoire

Ces montres sont nombreuses et ont presque toutes été produites aux « chiffres ronds » des anniversaires.
Cette page essaie d’être exhaustive, mais en sont exclues les montres commémorant la guerre sans directement commémorer la victoire (les montres commémorant telle ou telle bataille, telle ou telle villes-héros par exemple sont exclues). Exclus aussi les réveils etc.

1960

Une ZIM représentant cette image célèbre: un officier soviétique, Alexeï Yeremenko, emmène ses troupes à l’attaque en brandissant un pistolet Tokarev TT-33. Il sera tué quelques minutes après la prise de ce cliché.

1975

Sur les cadrans de 1975 apparaissent le ruban de Saint-Georges. Ses couleurs ornaient les médailles militaires de l’acien régime et furent reprise pour la médaille soviétique « Pour la Victoire sur l’Allemagne dans la Grande Guerre Patriotique 1941-45 ». Ces couleurs sont devenues le symbole de la victoire de 1945, de la volonté d’honorer les combattants, et du patriotisme en général.

Une série de Poljot associent ce ruban avec l’étoile de l’armée rouge (l’étoile à cinq branche avait été choisie comme symbole de l’union des travailleurs edes cinq continents) et les lauriers, symboles de la victoire depuis l’antiquité.

Une série de Raketa Televizor reprend le motif du ruban.

Une série de Slava a non seulement un cadran commémoratif, mais aussi un fond commémoratif.

Le mémorial du soldat inconnu (inauguré en 1967). Il est au pied du Kremlin, en granite rouge, composé d’une sculpture en bronze représentant une feuille de laurier et un casque de soldat soviétique posé sur un drapeau, et d’une étoile soviétique à cinq branches où brûle la flamme du souvenir. Une inscription en bronze proclame « Ton nom est inconnu, ton exploit est immortel ».

Une Vostok dont le cadran représente la statue gigantesque du sculpteur Evgueni Voutchetitch (1908-1974) au Mémorial soviétique du Treptower Park, à Berlin.

C’est une statue en bronze d’un soldat de l’Armée rouge qui porte un enfant sur un bras, pointe le sol de son épée et foule de son pied une croix gammée brisée. Elle rappelle le geste d’un soldat soviétique qui a risqué sa vie pour sauver celle d’une fillette allemande prise sous le feu lors de la bataille de Berlin, le choix de ce symbole porte ce message: l’armée soviétique est venue écraser les nazis et non le peuple allemand.

Deux autres Vostok, dont une Komandirskie, au motif d’étoile et de lauriers

Une ZIM reprenant le motif de 1970 enrichi d’un nouveau motif: le feu d’artifice de la victoire. Chaque grande victoire (par exemple la reprise d’une grande ville), était célébrée par des tirs de fusées par l’artillerie antiaérienne de Moscou.
La tradition s’est perpétuée.

Feu d’artifice célébrant la victoire (ici le 9 mai 2016)

Une série de ZIM de 1975 porte avec autre motif: la statue de « L’Appel de la Mère-Patrie » à Volgograd (ex-Stalingrad)

Cette statue gigantesque (85 m de hauteur, 5.500 tonnes de béton et 2.400 tonnes de métal) érigée sur le kourgane Mamaïev qui fut âprement disputée, prise et reprise lors de la bataille de Stalingrad. Elle a aussi été réalisée par le sculpteur Evgueni Voutchetitch.

Une statue du même mémorial est utilisée comme motif sur une autre ZIM

1980

Une autre ZIM qui associe la statue de Volgograd à une rameau de laurier

1980

Année prolifique et apparition d’Elektronika commémorative.

Mais aussi une Luch

Une Poljot qui introduit un nouveau motif: l’Ordre de la Victoire

C’est une des plus prestigieuses décorations militaires de l’URSS, réservées aux chefs militaires victorieux et décernées seulement 20 fois. C’est une étoile en platine ornée de diamants et de rubis avec en son centre un médaillon en or représentant le Kremlin.

Une autre associant le feu d’artifice, les couleurs de Saint-Georges et l’étoile rouge.

Une Raketa avec la statue de Berlin et la carte de l’URSS

Une série de Slava

Et une série de Vostok Komandirskie

Une Vostok Officierski

Deux autres Vostok

Dont une avec un fond dédié

Une série de ZIM.
La première avec la flamme du soldat inconnu devant la tour Spasskaïa du Kremlin

Un autre associant à la flamme un motif de soldat et une gerbe d’oeillets. Les oeillets rouges étaient communément offerts aux fêtes, personnelles et publiques, en URSS.

Encore un nouveau motif pour la ZIM ci-dessous (outre une des statues de Volgograd): : l’Ordre de la guerre Patriotique, décerné aux meilleurs combattants.

Une autre série de ZIM aux motifs déjà rencontrés

Fin des années ’80

Une Vostok pour l’exportation en Italie (malgré le marquage en cyrillique)

1990

Luch

Molnija

Raketa (le modèle de 1980 mis à jour)

Deux Vostok

Une ZIM