Le politruk Alexeï Yeremenko

L’officier politique (« politruk ») Alexeï Yeremenko, emmène les soldats du 220e Régiment d’Infanterie à l’attaque en brandissant un pistolet Tokarev TT-33. Il sera tué quelques minutes après la prise de ce cliché le 12 juillet 1942, en Ukraine, dans la province de Voroshilovgrad, par le photographe Max Alpert, qui a intitulé la photo « kombat » (commissaire politique de bataillon).

Monument à Zaporozhyé

L’identification de l’officier ne s’est pas fait tout de suite.
Dans les années 1970, les autorités soviétiques reçoivent une lettre de Zaporozhyé, dans le sud-est de l’Ukraine. Le nom de l’auteur est Ivan Yeremenko. Il écrit : « Le jour de l’anniversaire de la Grande Guerre patriotique, toute notre famille s’est réunie pour célébrer la fête. Un facteur a livré le journal du jour. Ma mère a été stupéfaite en le voyant, puis elle a sangloté :  » Vania, c’est ton père ! « .

A la demande de la famille, le département de la propagande soviétique a effectué de nombreuses visites, et a finalement obtenu des indices à Voryansk, dans le centre-est de l’Ukraine. Konstantin, un ancien politruk, a déclaré aux enquêteurs que lui et Yeremenko étaient dans la Pendant la guerre, il a été affecté à la 285e division d’infanterie comme politruk de compagnie.

Les enquêteurs ont retrouvé Vasily, qui avait été le commandant du régiment de la 285e division d’infanterie. Il s’en souvient : « C’était le matin du 12 juillet 1942, et nous avions repoussé une attaque ennemie, mais le flanc droit a été attaqué par l’ennemi. Mes oreilles étaient assourdies par les obus, du sang sortait de mes oreilles et de mon nez, et mes yeux ne pouvaient pas voir clairement. La situation était très urgente, j’ai vu Yeremenko hurler aux soldats, et les soldats se sont rassemblés autour de lui pour se recoucher. Je n’oublierai jamais la scène suivante, lorsque Yeremenko s’est soudainement relevé du sol. Il s’est levé, a levé son pistolet et a crié « camarades, en avant! ». Il a été le premier à se précipiter en direction de l’ennemi, et les soldats derrière lui se sont levés les uns après les autres et se sont précipités en avant avec lui. Je les ai vus mêlés aux Allemands, se battant à la baïonnette et à la crosse, et le temps que j’arrive, Yeremenko était tombé à côté d’un cratère, mort. »

En 1974, les autorités soviétiques ont révoqué la désignation de « disparu » pour Yeremenko et envoyé cet avis à sa femme : « J’ai l’honneur de vous informer que votre mari, l’instructeur politique de la compagnie Alexei Yeremenko, qui dans la bataille, fidèle à son serment à la patrie, a fait preuve d’intrépidité et de courage, est mort le 12 juillet 1942 Mort héroïquement dans la bataille de Vorochilovgrad. »

Le 12 juillet 2012, un monument a été érigé sur la hauteur où il est mort en sa mémoire et celle des instructeurs politiques de tous les niveaux:

Monument à Lougansk

Un « politruk », communément appelé « officier politique » ou « commissaire politique », était un militaire devant veiller au contrôle civil (à savoir: du parti) de l’armée. Pour devenir un officier politique, le candidat devait être membre du parti et avoir suivi une formation politique spéciale. Les unités, de la compagnie à la division, avaient deux officiers – un officier militaire chargé des décisions militaires, et un officier politique de rang et d’autorité égaux.

La fonction de politruk a été abolie et rétablie selon les circonstances, et son rôle a lui-même évolué selon les besoins. Au début du conflit, la fonction principale du politruk était de veiller à ce que les soldats gardent leur combativité. Les expériences de l’Armée rouge en 1941 et 1942 ont montré que le système de double commandement était inefficace. Les politruks ont été retirés du commandement direct et se sont concentré sur le moral des soldats, le respect des règlements, l’agitation et la propagande communiste.

Le 6 juin 1941, juste avant l’invasion de l’Union soviétique, le haut commandement allemand a publié les « Directives pour le traitement des commissaires politiques », communément appelées Kommissarbefehl (ordre des commissaires), ordonnant aux militaires allemands d’exécuter sommairement tout commissaire politique capturé.

L’auteur de la photo, Max Vladimirovitch Alpert, est né Simferopol, 18 mars 1899.

Avant la Première Guerre mondiale, il étudie à Odessa, avec son frère Mikhail, et après la guerre, il travaille comme photographe pour la Rabochaya Gazeta (Journal des travailleurs) à Moscou.
Dans les années 1930, il photographie de nombreux chantiers de l’Union soviétique. À cette époque, Sergei Eisenstein séjourne avec lui au Grand Canal de Fergana et est impressionné par sa passion pour la photographie.

Le chantier du Grand Canal de Fergana
Le mise en service du Dniepsostroï
La mise en service du TrukSib

Parallèlement, Alpert travaille pour la Pravda qu’il alimente en de nombreux portraits.

Maxime Gorky à son retour d’Italie
Cavalière kirghize

Pendant la Seconde Guerre mondiale, pour le Sovinformburo et l’agence de presse TASS et prend un certain nombre de photos emblématiques sur les lignes de front soviétiques et documente également les événements militaires à Prague et à Berlin. Pour son travail pendant la guerre, il a reçu l’Ordre de l’étoile rouge (1943), l’Ordre de la guerre patriotique (1945) et l’Ordre de la bannière rouge du travail.


Après la guerre, il a travaillé à l’agence Novosti.

Gagarine et Titov

Max Alpert meurt à Moscou le 30 novembre 1980.