Les Amphibia

  1. La genèse de l’Amphibia

La création de l’Amphibia a été dirigée par le chef du nouveau bureau de design de la Fabrique de Montres de Tchistopol. Les objectifs étaient de créer une montre valant les montres de plongée contemporaines telles que la Blancpain 50 Fathoms, la Rolex Submariner et les montres utilisant le boîtier à compresseur, une montre qui puisse fonctionner de manière fiable à la température et à la pression de 20 atmosphères. Les principaux concepteurs étaient Mikhail Fedorovich Novikov et Vera Fedorovna Belova.

Mikhail Novikov
Vera Belova

L’équipe a dû concevoir une technologie spéciale pour le verre, commencer à fabriquer du caoutchouc spécial et s’adapter au travail de l’acier au lieu du laiton. Se basant sur les technologie spatiale, l’Amphibia est basée sur un concept simple et brillant qui consiste à le pas lutter contre la pression, mais de l’utiliser pour comprimer le joint d’étanchéité. Plus le boîtier s’enfonce, plus la pression extérieure est élevée, plus la pression exercée sur le boîtier est forte. Une conception dynamique opposée à celle des montres suisses basées sur des boîtiers co^puteux aux joints complexes capables de résister à quelque pression qu’il subit.

Le cristal de l’Amphibia est en lucite (un plastique) de 3 mm d’épaisseur (50 % plus épais que la norme), qui se déforme élastiquement d’un demi-millimètre sous la pression, créant un joint efficace entre le verre et le boîtier de la montre, alors que la moindre déformation d’un verre ou d’un saphir le fissurerait tout simplement. Cela permet d’utiliser un verre beaucoup plus léger, plus petit et moins cher. Elle ne nécessite pas non plus de joints en caoutchouc supplémentaires ni de bague de retenue du verre à très haute pression.

Alors qu’un joint de fond de boîtier traditionnel subirait des forces de cisaillement lors de la rotation d’un boîtier à vis utilisé pour un boîtier hermétique traditionnel, ce qui laisserait le joint comprimé de façon permanente, le rendant incapable de reprendre sa forme initiale et impropre à la réutilisation, l’Amphibia utilise un joint fritté très large. Cela a permis de résoudre un problème constaté lors de la conception : lors de la remontée à la surface, le joint, qui avait été comprimé de 20 à 30 %, se décompressait plus lentement que la pression exercée sur le fond du boîtier, ce qui affaiblissait considérablement l’étanchéité. Cette utilisation d’un très grand joint répartit la force de la pression, ce qui peut être un problème avec les joints toriques. Pour résoudre le problème du cisaillement du joint torique, ils ont utilisé un montage à baïonnette maintenu en place par un écrou.

Le boîtier est en acier inoxydable. L’épaisseur du fond est de 1 mm, soit le double de l’épaisseur normale. La couronne se visse avec un joint pour empêcher l’eau de pénétrer par l’ouverture de la tige. La tige comporte un embrayage qui la protège des forces latérales. Cet embrayage donne à la tige une sensation de flottement car il ne s’enclenche que si vous éloignez la couronne de la montre. Une lunette tournante sert à marquer l’heure de votre première immersion. Le cadran et les aiguilles sont luminescents.

Le nom « Amphibia » a été choisi lors d’un concours parmi les employés de l’usine de montres, d’après les amphibiens pour leur qualité d’être aussi à l’aise sur terre que dans l’eau. En 1967, le premier lot de montres Amphibia sort de la chaîne de production. Leur succès amène la fabrique de Tchistopol et le Chasprom à développer un nouveau modèle qui pouvait être utilisé par les plongeurs à 30 atmosphères: la НВЧ-30 (voir ici pour cette montre particulière).

En 1975, le cosmonaute soviétique Georgy Grechko a porté la montre Amphibia lors de la mission Soyuz 17 vers la station spatiale Salyut 4, ce qui a entraîné une popularité encore plus grande des montres Amphibia parmi les gens du monde entier (voir ici pour les montres de cosmonautes).

2. Les générations d’Amphibia

Le premier type d’Amphibia, avec un boîtier type 350, est resté en production de 1967 à la seconde moitié des années 1970.
On le retrouve dans les catalogues Vostok de 1976 et 1977.
La dernière lettre du code du boîtier « 0 », comme pour tous les boîtiers Amphibia, indique que le boîtier est en acier inoxydable.
Il possède un fond de boîtier avec bague de serrage. Cristal en plastique. Équipé du mouvement 2209 à 18 rubis.
Il est dit que les cornes mobiles de 18 mm ont été introduites pour éviter que le boîtier ne se brise au niveau des cornes sous l’effet de la pression de l’eau. Une version plus fiable veut que les cornes mobiles aient été utilisées pour mieux adhérer au caoutchouc de la combinaison de plongée.
La première lunette était en aluminium, noire avec des chiffres blancs. Elle a ensuite été remplacée par une lunette chromée avec des chiffres noirs 15, 30, 45 et un symbole ‘<>’ noir à 12 heures.
Certaines montres de la dernière période de production ont la même lunette montée sur le boîtier tonneau.
Ces montres ont été utilisées par les astronautes soviétiques lors de missions spatiales dans les années 1970.

Un des première modèle d’Amphibia, référence 2209/350193
Le fond Amphibia » ancien type
L’autre modèle d’Amphibia première génération

Dans les années ’70, le boîtier type 1190 a remplacé le 350.
Il a été produit à la fin des années 1970 et pendant les années 1980.
On le retrouve dans les catalogues Vostok de 1979 à 1987.
Le boîtier est en acier avec des cornes de 18 mm. Fond du boîtier avec anneau de serrage. Verre en plastique.

Les aiguilles sont de type palette sur les premiers modèles et de type flèche sur les modèles ultérieurs. Sur les premiers modèles, l’aiguille des secondes était d’un rouge foncé qui avait tendance à s’effacer facilement. Sur les modèles ultérieurs, elle a été remplacée par une aiguille rouge plus claire. La couronne bombée des anciens modèles a été remplacée par une couronne plate sur les modèles ultérieurs.
Elle présente une lunette bidirectionnelle avec des secteurs alternés rouges et noirs, des chiffres 15, 30, 45, un point rouge à 12 heures.

Les modèles produits dans la seconde moitié des années 1980 ont une protection antimagnétique en fer doux.Il existe également un modèle rare, étanche à 300 m, avec un fond de boîtier renforcé, un verre plus épais et des cornes de 22 mm.
Ce modèle, comme les suivant, existe avec plusieurs types de cadrans

Un Amphibia calibre 2209 avec le boîtier 1190 « tonneau »
Le fond « Amhpibia » nouveau type
Une autre Amphibia deuxième génération

Dans les années ’80 verra un élargissement de la gamme des Amphibia: nouveau boitiers, nouveaux mécanismes, noucveaux cadrans.

Amphibia 2414/710696 à boitier type 710 « Ministry »
Amphibia de la marque Officierskie à Boîtier « Neptune »
Amphibia « Scuba Dude » (2416B/9370059) dans un boîtier 9370 « Nepture »
Amphibia 2409A/470299 dans un boîtier octogonal type 470
Amphibia 2409A/320235 dans un boîtier octogonal type 320
Amphibia 2409A/020521 dans un boitier rond type 020
Amphibia « Scuba Dude » (2416B/420059) dans son boitier rond type 420

Les Amphibia Albatros

Une gamme particulière d’Amphibia civile a été produite à la fin des années ’80: les Albatros.

Voir ici l’article consacré aux Amphibia « Albatros »

Source principale: VostokAmphibiaCCCP