Les montres 24H polaires

Cet article est le premier d’une série de trois qui embrasse tous les modèles authentiques de Raketa 24 heures soviétiques:

  1. Les Raketa 24 heures polaires
  2. Les Raketa 24 heures classiques
  3. Les Raketa 24 heures spéciales

Les Raketa 24 heures soviétiques sont celles qui connaissent le plus grand nombre d’imitations, de faux et de franken (montre composée d’éléments de montres de modèles différents).
A cela s’ajoute les montres s’affichant comme fabriquées en URSS mais en réalité bien postérieures à la chute de l’URSS, et produites par Raketa, alors au bord de la faillite, parce que le « CCCP » était plus vendeur que le « Russia ».
La grande majorité des prétendues « Raketa 24 heures soviétiques » présentes sur les site de ventes en ligne ne sont pas authentiques.
Si les premières montres 24 heures polaires emboîtent le mouvement ЧН-47М à 17 rubis de la 1ère Fabrique de Montres de Moscou, TOUTES les Raketa 24 heures soviétiques emboitent des mouvements 2623 et 2623H.
Vérifier le mouvement permet d’identifier une majorité des fausses Raketa 24 heures.

1. Première génération (1ère Fabrique de Montres de Moscou): les Severnii poljius (Северный полюс: Pôle nord) et les Antarctica (Антарктика : Antarctique)

La premier contact de l’URSS avec l’Antarctique date de janvier 1947 , lorsque la flottille baleinière Slava entama une campagne de chasse dans l’océan glacial antarctique.
La première station polaire antarctique soviétique, Mirny, fut établie le long de la côte le 13 février 1956.
Une deuxième station, Vostok, fut ouverte loin à l’intérieur de continent, près du pôle sud magnétique, le 16 décembre 1957.
L’Expédition Soviétique Antactique (Советская антарктическая экспедиция, САЭ, Sovyetskaya antarkticheskaya ekspeditziya, SAE) dépendait de l’Institut de Recherches Arctique et Antarctique  (AANII ) du Comité Soviétique de la Recherche antarctique de l’Académie des Sciences de l’URSS.
A cette occasion cinq (ou six) montres polaires sont produites par la 1ère Fabrique de Montres de Moscou, plus exactement trois modèles présentés sous deux marques : « Pôle Nord » et deux « Antactique », avec au dessus de la marque le même motif d’un navire (visiblement le « Lena ») passant devant un littoral.
Ce sont les premières montres 24 heures produites en URSS. Elles ont un diamètre de 33mm.
La référence générique de ces montres était 53ЧН (norme GOST 6519-58).
Le mécanisme était un ЧН-47М à 17 rubis, d’une réserve de 43 heures, un dérivé du Pobeda avec antichoc et trotteuse.

Le « Lena » de l’expédition 1955-1956

source: http://www.antarktis.ru/index.php?mn=def&mns=s28ij4cyftpwphcnwt9a

1.1. Modèle ЧН-189K

Boîtier en acier inoxydable, chromé, cadran argenté vernis. Il n’y a que les chiffres pairs sur le cadran, les chiffres impairs sont remplacés par des formes circulaires phosphorescent. Index noir à 60 divisions. Plexiglas forme sphérique. Le trotteuse est annoncée dans le catalogue comme rouge.

(collection Koutouzoff)

1.2. Modèle ЧН-196K

C’est le même modèle à cadran noir à marquage blanc.

(collection Koutouzoff)

1.3. Modèle ЧН-196Ka
Le même modèle que le précédent mais sans index circulaire. Il semble que ce modèle n’existe qu’en « Antactique » et non en « Pôle nord ».

Plus de photos ici : http://koutouzoff-watches.blogspot.be/2012/05/raketa-antarktida-24.html

Vers 1960, la 1ère Fabrique de Montres de Moscou a produit une autre montre destinée aux membres des expéditions polaires. Ce n’était pas des montres 24H, leur caractéristique était un double blindage anti-magnétique, il s’agissait des Poljus.

2. Deuxième génération (Fabrique de Montres de Petrodvorets)

En 1970, deux 24H polaires sont produites par la Fabrique de Montres de Petrodvorets, qui a déjà adopté la marque « Raketa » avec le logo à la raquette : la Raketa « polaire » et la Raketa « Antarctique 16 SAE ». On ne connaît pas le volume de la production de ces deux modèles, probablement quelques centaines à peine, ce qui est certain c’est que ces montres sont très rares – la polaire probablement plus encore que l’antarctique. Il semble que les deux montres aient été commandées en même temps. Seul le cadran diffère car mécaniquement, elles sont identiques : elles emboîtent toute deux un 2623 à 21 rubis, dérivé du Raketa 2609.
Car si toutes les Raketa 24h emboîtent un 2623, on en distingue deux types principaux. Le premier type est le 2623 (parfois appelé, un peu abusivement, « Baltika »), dérivé du 2609, et il est tout à fait différent du 2623.H ultérieur, dérivé du 2609.HA produit jusqu’à aujourd’hui (ce dernier lui-même divisé en deux sous-types : le premier fabriqué dans les années ’70 qui se caractérise par un bord chanfreiné, le second fabriqué à partir du début des années ’80, simplifié et sans bord biseauté, qui remonte au moment où la fabrique Raketa a commencé à utiliser des machines automatiques d’assemblage de mouvement).

De gauche à droite:
2623 (« Baltika »)
2623.H à bord biseauté (années ’70)
2623.H sans bord biseauté (années ’80 et suivantes)
Les montres ont un diamètre de 35 mm (38 mm avec la couronne, 39 mm de corne à corne) pour une hauteur de 11 mm.
Leur boîtier est plaqué or (20µ) en acier, antimagnétique.

2.1. La Raketa polaire (полярныe)

2.2. La Raketa Antarctique 16 SAE

Cette montre a été faite spécialement pour les membres de la 16e expédition antarctique soviétique, qui a eu lieu en 1970-1972. Cette expédition était de beaucoup plus grande que les précédentes : 566 personnes au total, dont 354 appartenant aux équipages des navires. La dénomination exacte de ce modèle est : PAKETA АНТАРКТИДА 16 САЭ, soit : Raketa Antarktida 16 SAE (16 SAE pour 16e expédition soviétique antarctique), et porte au dos ВОДОЗАЩИТНЫЕ ПРОТИВОУДАРНЫЕ (résistant au choc et à l’eau).
Sur le cadran bleu nuit, la carte de l’Antarctique avec six rubis synthétiques qui marquent les emplacement des six bases polaires antarctiques, car aux stations Mirny et Vostok déjà évoquées, s’étaient en effet ajoutées les stations Novolazarevskaya (le 18 janvier, 1961), Molodyozhnaya (le 14 janvier 1963), Bellingshausen (le 22 février 1968) et Leningradskaya (le 25 février 1971).

Source des illustrations: collection Alexandre Brodinskovskii, https://fotki.yandex.ru/users/asasin0611
Source principale pour cette 2e génération: http://forums.watchuseek.com/f5/raketa-antarktida-16-sae-%96-piece-history-aww-31-a-937438.html
Cet article présente une merveilleuse Antarctique portant cette dédicace gravée au dos: « Дорогому Марку Ивановичу Шевелеву, 70 лет, от ААНИИ » – « pour ce cher Mark Ivanovich Shevelev, 70 ans, de la part de l’AANII ». Mark Ivanovich Shevelev, général d’aviation, était une figure très populaire dans la communauté polaire. Il avait participé aux expéditions polaires dans les années ’30 et était devenu chef de l’ensemble de l’aviation arctique soviétique. Cette montre lui avait été offerte à l’occasion de son 70 anniversaire, en 1974, par l’AANII – Arctique et Institut de recherche sur l’Arctique et l’Antarctique.

3° Deux montres commémoratives (Fabrique de Montres de Petrodvorets)

Il existe deux Raketa 24 heures commémoratives à thématique polaire/antarctique.

La première, rare, emboite un mécanisme également rare, le 2409B, une adaptation du 2409 tournant sur 24 heures. Voici la première du genre, rare, portant la mention « Северный полюс [Pôle Nord] 1966-1967 ». Les deux rubis indiquent probablement les deux stations polaires dérivantes Сп-13 et, selon le mois de production de la montre, Сп-14 ou Сп-15. plus de photos ici

La seconde date de 1977 et commémore le 20e anniversaire du brise-glace nucléaire « Lénine » (lancé en 1957). Elle emboite le mécanisme 2623. C’est une montre qui a connu plusieurs imitations, seul ce modèle est authentique..

Le brise-glace atomique « Lénine »

4. Troisième génération (Fabrique de Montres de Petrodvorets)

La troisième génération de 24 heures antarctiques a été produite à partir de 1971. Cette production s’est achevée entre 1985 (au plus tôt) et 1987 (au plus tard). Le mécanisme est le 2623.H à 19 rubis. Réserve de 44 heures. Boîtier acier inox plaqué or à 10µ, de 39 mm (de corne à corne) pour 33 mm de largeur (hauteur : 11 mm). Cette troisième génération se décline en trois modèles facilement reconnaissable.

4.1. Premier modèle

Le premier modèle porte six points rouges sur la carte de l’Antactique, à l’endroit des six stations polaires soviétiques.
Un moyen facile de distinguer ce modèle : la légende Советская антарктическая экспедиция déborde sur la carte.

Ce modèle figure au catalogue Raketa du début des années ’80.

4.2. Deuxième modèle

Le deuxième modèle porte sept points rouges et est produit à partir de 1971 à 1980.
Le 9 mars 1980 en effet un septième station est inaugurée par les soviétiques, la station Russkaya.
Un moyen facile de distinguer ce modèle : la légende Советская антарктическая экспедиция  ne déborde pas sur la carte.
Comme je l’ai indiqué, c’est montre a été produite au moins jusqu’en 1985 et peut-être jusqu’en 1987.
En tout cas, pas au delà de 1988 parce que cette année là, le 1er avril, est ouverte la 8e et dernière stations polaire antarctiques : Russkaya.

(collection B. Hanoï)

4.3. Troisième modèle

Le troisième modèle est identique au précédent, sauf que les points représentant les bases sont en blancs, et que la facture du cadran est un peu moins soignées. Ce modèle a probablement remplacé le précédent et aurait été produit entre 1985 et 1988.

(collection F. Gordon)

Référence : http://forums.watchuseek.com/f10/antarctic-exploration-watch-259716.html

5. Les 2623.H « полярный (polaire) » (Fabrique de Montres de Petrodvorets)

Ce premier modèle porte une mention indiquant: участники антарктической экспедиции, « participants de l’expédition antarctique ». Existe en version chromée et dorée.

(collection Samun)

Ce modèle célèbre la croisière du brise-glace atomique « Sibérie » s’est frayé un chemin en arctique en 1987

(collection F. Gordon)
Les Raketa 24 heures soviétiques (2e partie: Les 2623.H spéciales) 500_f_10

Ce modèle tardif (1991-1992) avec un boîtier à deux couronnes (différent de celui des Raketa 24 heures « WorldTime » et « Marine », voir le chapitre suivant), existe avec cadran bleu et cadran vert..

Au catalogue Raketa 1992:

Ce dernier modèle, ci-dessous, de « Polaire » n’apparaît sur aucun catalogue. Le fait qu’il ne soit ni « made in CCCP » ni « made in Russia » indique, s’il est authentique, une modèle produit pendant la période « grise ». Il n’y a pas de certitude qu’il soit authentique, même si plusieurs éléments techniques plaident dans le sens de l’authenticité.
Son boîtier est celui des Raketa « Millemium »

Deux autres modèles peuvent être associés aux montres « polaires », qui sont repris dans la partie consacrée au 24H « spéciales ». Il s’agit de:
– La Raketa 24H ARKTIKOUGOL (Compagnie des Charbons Arctiques)
– La Raketa 24H ASPOL (Association des Explorateurs Polaires)

6. Conclusion

Voilà les seules vraies montres 24H polaires/antarctiques soviétiques.
Il existe d’autres montres à thématiques polaires légitimes, mais elles ne peuvent prétendre à cette catégorie.
La masse de Raketa « polaires » et 24H qui encombrent la Baie sont post-soviétiques bien qu’elles s’affichent CCCP.
Raketa avait à l’époque le couteau sur la gorge et un marketing pour le moins borderline.
A cela s’ajoute les fake et les franken, et maintenant les « hommages »…