Les Zaria à cadran animé

La Fabrique de Montres d’Ouglish a proposé trois petites montres (21mm de diamètre sans couronne, 8mm d’entre-cornes) au cadran animé.
La première a pour motif un footballeur, le dispositif activant la trotteuse est utilisé pour animer le ballon.

Elle emboîte un Zaria1601A protégé, comme toujours chez Zaria, par un bouclier anti-magnétique, la couronne est à 2 heures.
Le Zaria 1601A à 22 rubis est une variante du 1601 à 17 rubis qui permet l’animation non pas d’une trotteuse (le 1601 n’en a pas) mais d’un petit élément de métal sur le cadran.

(collection B. Hanoï)

Le deuxième modèle est celui du renard et de Kolobok (en cyrillique : Колобо́к).

(collection Dashiell)

C’est un conte, qui figure parmi les Contes populaires russes d’Alexandre Afanassiev (édition originale de 1873).
En voici le résumé:
Un vieux demande à sa vieille de lui cuire un kolobok. En cherchant bien, la vieille retrouve deux poignées de farine avec lesquelles elle confectionne un beignet rond (ou une galette), qu’elle met à refroidir sur le bord de la fenêtre. Au bout d’un moment, le kolobok s’anime, se met à rouler, et prend la clé des champs. Il rencontre un lièvre qui s’apprête à la manger, mais il lui propose d’écouter plutôt sa chanson : On m’a râclé dans le coffre, on m’a ramassé dans la maie, on m’a mélangé avec de la crème, on m’a frit dans de l’huile, mis à refroidir à la fenêtre, j’ai échappé au vieux, j’ai échappé à la vieille, à toi, lièvre, ce ne sera pas bien malin d’échapper !, et il disparaît. La scène se répète avec un loup, un ours (à chaque fois, Kolobok ajoute un vers à sa ritournelle), et enfin avec un renard ; mais celui-ci, au lieu d’annoncer tout de go comme les autres animaux « je vais te manger », commence par saluer et complimenter le kolobok avant d’écouter sa chanson. Il lui dit alors qu’il est vieux et qu’il entend mal, et demande au kolobok de réinterpréter la chanson en se plaçant sur son museau afin qu’il l’entende mieux ; puis enfin sur sa langue. Bêtement, le kolobok saute sur la langue du renard et celui-ci l’avale.

Deux illustrations de ce conte:

Le troisième modèle est celle avec le petit lion dont j’ai rapporté l’histoire ici

Ces montres ont été produites tout le long des années ’80
Au catalogue général des montres soviétiques 1983:

Au catalogue des biens de consommation 1989 (avec son prix: 21 roubles):