Fabrique d’Horloges d’Orel

La fondation de la Fabrique de Montres d’Orel (Орловский часовой завод) a été décidée en septembre 1950.
En 1952, la fabrique produit ses premiers réveils-matin à partir d’éléments fournis par la 2e Fabrique de Montres de Moscou (Slava). Avec la mise en service de nouveaux ateliers (et notamment d’un atelier de design et d’un atelier de menuiserie), la Fabrique conçoit et produit ses propres modèles, et étend sa gamme qui adopte la marque Yantar (Янтарь, ambre).

Cadran avec le premier logo de la Fabrique d’Horloges d’Orel
Dans le complexe de la fabrique avec logements ouvriers et centre de formation professionnelle
Carte postale avec une pendule « Yantar » (collection B. Hanoï)
« achetez des horloges de la Fabrique d’Horloge d’Orel » (affiche des années ’60)

En 1954, tous les produits sont fabriqués sans composants venus de l’extérieur.
Des milliers de travailleurs ont été embauchés dans ces temps difficiles de la reconstruction. Le soir, après avoir fini la journée de travail, presque tout le personnel consacrait un temps à l’étude et à la qualification, en commençant par le directeur de l’usine et les principaux spécialistes !
De grands auditoires sont créés à cet effet. L’organisation du travail est conçue pour faciliter ces études (aménagement des horaires, congés payés pendant les sessions d’examen, vacances pour des projets de diplôme, etc.

Le mécanisme de réveil 5973 à quatre rubis fera l’objet d’une production de masse qui ira des années ’50 jusqu’en… 2005!

L’amélioration de la production et des techniques de production est rapide. La production augmente significativement en 1958 et la fabrique devient une des principales fabrique de pendules, d’horloges murales, d’horloge pour joueurs d’échec et de réveils de l’URSS.
Pour en savoir plus sur les horloges d’échecs soviétiques
Orel va produire plus de 100 modèles différents et produira plusieurs millions d’horloge par an. Très appréciés en URSS, les horloges Yantar seront, à partir de 1970 où elles pouvaient rivaliser avec les grandes marques mondiales.

Le mécanisme électromécanique Yantar 59186, devenu le mécanisme standard, évolue dans une modèle plus précis, le Yantar 65181, qui sera produit en parallèle, massivement.

Horloge d’échecs « Yantar »
Carte postale avec le bâtiment de la Fabrique
Horloge réalisée en 1979 pour les Jeux Olympiques de Moscou (collection B. Hanoï)

Un important groupe d’artistes et de designers ont travaillé sur les différents modèles de Yantar. Les modèles vont du design d’avant-garde (comme mon horloge olympique) à l’utilisation des formes les traditionnelles de l’art populaire russe, et particulièrement la peinture sur bois de Khokhloma, un art folklorique russe né au 17e siècle. Les motifs sont des fleurs, des épis, des fruits et des rameaux bourgeonnants finement peint en rouge, vert et le noir, sur fond doré, sur du bois de tilleul ou de tremble, puis frottés, vernis et chauffés.

La fabrique avait des équipements et des spécialistes pour la conception et la fabrication d’équipements de précision, en particulier des moules pour mouler des pièces miniatures en matériaux polymères. Elle a ainsi contribué à son propre équipement mais aussi à celui d’autres fabriques de plusieurs secteurs (ainsi celle de la lutherie).

Minuteur de la fabrique d’Orel
Un « Vega » et un « TimeMaster », marques d’exportation de la fabrique d’Orel
Un « Orel »
Le nouveau logo de la fabrique
Minuterie pour labo photo produite à Orel (collection B. Hanoï)

Après l’effondrement de l’URSS, la Fabrique connaît de grandes difficultés. En septembre 2004, l’usine de Yantar a été déclarée en faillite. Elle est rachetée par Almaz-Holding LLC, qui stoppe la production horlogère, et vend le patrimoine immobilier de la fabrique : les ateliers bâtiments administratifs et sociaux de la fabrique sont devenus des magasins et centres commerciaux.

Les bâtiments de la fabrique aujourd’hui

Modèles Divers