Les horloges d’échecs

Les premières horloges d’échecs fabriquées en URSS l’on été, dans les années ’30, par la 2e Fabrique de Montres de Moscou. Le modèle était tout simplement désigné ШЧ (pour « шахматные часы », « horloge d’échecs).

Au catalogue 1939-1940

Elle utilisait deux mécanisme de type Б5 utilisé principalement pour les horloge de bureau

Le mécanisme Б5, dans une pendule du même catalogue

Le fonctionnement est simple: on fixe (comme sur un réveil) l’heure accordée à chaque joueur.
Avant le match, on fait tourner le levier de verrouillage horloge à l’arrière en position verticale.
On commence alors la partie. Si on veut l’interrompre, on refait pivoter le levier de verrouillage de l’horloge à l’horizontale.

Une horloge d’échecs de la 2e Fabrique de Montres de Moscou (1954)

Dans la seconde moitié des années 1950, la 3e Fabrique de Montres de Moscou, constituée à partir de la 2FMM, commença la production d’horloges, de pendulette de table, d’horloges d’échec et surtout de réveils-matin en assemblant des éléments produits par la Fabrique de Montres de Rostov et la Fabrique de Montres d’Orel.

Pendule d’échec de la 3e Fabrique de Montres de Moscou

En 1952, la Fabrique de Montres d’Orel, dont la fondation a été décidée en septembre 1950 produit ses premiers réveils-matin à partir d’éléments fournis par la 2e Fabrique de Montres de Moscou.
Avec la mise en service de nouveaux ateliers, la Fabrique conçoit et produit ses propres modèles, et étend sa gamme qui adopte la marque Yantar (Янтарь, ambre). En 1954, tous les produits sont fabriqués sans composants venus de l’extérieur. Elle deviendra très vite la seule fabrique produisant des horloges d’échecs avec un mécanisme référencé 69105.

Une pendule d’échecs « Yantar » de la Fabrique d’Orel
Au catalogue général (années ’70), deux modèles de pendules d’échecs Yantar: le ШЧ-2 et le ШЧ-6
Le modèle Yantar ШЧ-6, le plus massivement produit (collection B. Hanoï)
Kasparoiv affronte Kortchnoï, ils utilisent un Yantar ШЧ-6
Sur une publicité Yantar