Les montres soviétiques en Tchécoslovaquie (2)

Deuxième partie: Les montres civiles

Après le « coup de Prague » de 1948, la majeure partie du commerce extérieur s’est ré-orientée du pays vers les États communistes au cours de la période allant de 1948 à 1953. L’isolement des producteurs tchécoslovaques de produits d’exportation (principalement des produits manufacturés) a entravé leur développement. Le commerce extérieur s’est dirigé vers l’URSS et les pays socialistes.

« kvalitni soveteske hodinky » (« montres soviétiques de qualité »): publicité pour les Pobeda (1957).
Au verso: un aide-mémoire mathématique
Bon de garantie d’une Pobeda

En 1949, la filiale de la société Chronotechna Šternberk a été créée à Nové Město nad Metují, spécialisée dans la production de montres-bracelets et de montres de poche. Les premières montres, fabriquées en 1954, étaient de marque « Spartak », la marque « PRIM » a été déposée en 1956, la production en série a commencé en 1957. La Tchécoslovaquie était devenue l’un des douze pays au monde capables de produire des montres-bracelets.

La fabrique PRIM
Une PRIM

A la fin des années ’80 PRIM produisait environ un demi-million de montres annuellement.
Les importations de produits horlogers soviétiques se sont cependant poursuivies.

Une montre-bijou Slava vendue en Tchécoslovaquie. Bon de garantie en tchèque du 19 juillet 1965. Sur l’écrin : Министерство торговли (ministère du commerce), Росювелирторг (office des exportation) et РСФСР (République Socialiste Fédérative de Russie). (collection B. Hanoï)
Catalogue de réveils matins soviétiques pour l’exportation dans les pays de l’Est, une de ses langues est le tchèque.
Sur le couvercle: klenoty hodiny (montre bijou). Le K est aussi pour « klenoty »
A l’intérieur: presné – spolahlivé – dokonalé / sovieteske hodinky / (précise – fiable – parfaite / montre soviétique)

Après la mort de Staline en 1953, le commerce tchécoslovaque avec le monde occidental reprend progressivement, même si plus des deux tiers du commerce extérieur se font toujours avec les États membres du Comecon. En raison de sa position industrielle relativement avancée au sein du Comecon, la Tchécoslovaquie dispose initialement d’un marché sûr pour ses exportations de machines et d’équipements. Au fil des ans, l’Union soviétique absorbe une part croissante de la capacité d’exportation de la Tchécoslovaquie et, très vite, le pays a commencé à dépendre de l’Union soviétique pour ses importations de matières premières.

Dans le système tchécoslovaque, le commerce extérieur était un monopole d’État, supervisé par le ministère central du commerce extérieur. Le ministère supervisait les opérations d’une trentaine d’entreprises de commerce extérieur qui négociaient les contrats. Elles achetaient des marchandises tchécoslovaques destinées à l’exportation aux prix intérieurs et vendaient des marchandises étrangères à des clients tchécoslovaques aux prix intérieurs ; mais l’autre moitié de ces transactions, impliquant le commerce extérieur proprement dit, avait lieu en devises étrangères sur les marchés étrangers. Le budget de l’État procédait à des ajustements pour compenser les gains et les pertes causés par la variation des prix.

publicité pour une Votstok
Publicité pour une Pobeda ZIM

Dans les années 1970, le gouvernement a autorisé un certain nombre de grandes entreprises à traiter directement, ou par le biais d’affiliations avec des sociétés tchécoslovaques de commerce extérieur, avec les acheteurs étrangers de leurs produits. Pour encourager les exportations et la modernisation, les autorités centrales ont permis aux entreprises tchécoslovaques de conserver une partie réglementée des recettes d’exportation. Des mesures ont aussi été prise pour l’application des nouvelles technologies.

Au sein du Comecon, conformément au plan de spécialisation régionale défini dans le programme global de 1971, la Tchécoslovaquie s’est concentrée sur la production de machines-outils, camions, locomotives etc ; l’industrie de l’armement tchécoslovaque, traditionnellement forte, est également restée importante.

Camions tchècoslovaques Tatra exportés en URSS

À partir de 1975, les termes de l’échange (hausse des prix du pétrole…) se sont détériorés ; des quantités de plus en plus importantes d’exportations étaient nécessaires pour acheter le même volume d’importations. Entre 1975 et 1979, l’excédent des importations sur les exportations du pays était de près de 1,2 milliard de dollars US avec l’Union soviétique, de 690 millions de dollars US avec l’Europe de l’Est et de 3,3 milliards de dollars US avec les pays développés non communistes. La Tchécoslovaquie, comme d’autres pays d’Europe de l’Est, s’est tournée vers les sources de crédit d’Europe de l’Ouest pour financer ses importations ainsi que ses investissements à plus long terme dans la technologie moderne.

La dette en devises fortes de la Tchécoslovaquie envers l’Occident s’élevait, à la fin de 1979, à 4 milliards de dollars bruts, mais les responsables tchécoslovaques avaient été beaucoup plus prudents dans la constitution d’une dette en devises étrangères que plusieurs autres nations d’Europe de l’Est, et la solvabilité du pays restait bonne.

À partir de 1980, la Tchécoslovaquie parvient à dégager un excédent commercial avec les pays non communistes, en réduisant considérablement ses importations. Avec l’Union soviétique, en revanche, la Tchécoslovaquie continuait à enregistrer un déficit substantiel. En 1985, près de 78 % du chiffre d’affaires total du commerce extérieur tchécoslovaque était réalisé avec les membres du Comecon, et 44,8 % rien pour la seule URSS. En 1985, les exportations les plus importantes de la Tchécoslovaquie vers l’URSS étaient de loin les machines et les équipements divers, ses importations se composaient principalement de pétrole et de produits pétroliers.

Deux étiquettes de boîtes d’allumettes tchécoslovaques publicitaires du Mashpriborintorg.
« sovětské hodinky » signifie donc « montres soviétiques », Solo Sušice ČSN, c’est la fabrique d’allumettes à Prague.

Sur la photo la plus célèbre du Printemps de Prague: une Raketa 2603 (en savoir plus sur cette photo et cette montre)