Le croiseur « Aurora »

Le motif du croiseur Aurora (souvent représenté avec le faisceau lumineux de son projecteur) est un motif classique de l’iconographie soviétique – et à se titre on le retrouve sur plusieurs cadrans de montres, de réveils et d’horloges.

Le croiseur « Aurore », aujourd’hui navire-musée

Le croiseur Aurore (Крейсер « Авро́ра ») est un croiseur protégé de classe Pallada de la flotte de la Baltique de la Marine impériale russe.
Le bâtiment est construit à Saint-Pétersbourg pour servir dans la flotte russe du Pacifique.
La quille est installée le 23 mai 1897. Son lancement a lieu en 1900, en présence du tsar Nicolas II et de membres de la famille impériale.

Le lancement du croiseur « Aurore »

Il est ainsi nommé en l’honneur de la frégate à voile Aurore qui se distingua lors de la bataille de Petropavlovsk pendant la guerre de Crimée (1853-1856).

La frégate « Aurore »
Le croiseur « Aurore »

L’Aurore est inclus dans la deuxième escadre du Pacifique qui est envoyé de la mer Baltique au Pacifique sous le commandement de l’amiral Zinovi Rojestvenski. Les 27 et 28 mai 1905, l’Aurore prend part à la bataille de Tsushima au large de la Corée.
Il encaisse dans la bataille dix-huit projectiles ennemis: le navire a été sérieusement endommagé, une centaine de personnes ont été blessées ou tuées. Au combat, le commandant du croiseur a été tué.
Le contre-amiral Oskar Enkwist évite qu’il ne soit détruit comme la quasi-totalité de la flotte russe, et le navire parvient à se réfugier avec deux autres croiseurs dans le port neutre de Manille (Philippines), où il est interné.

Le croiseur à Manille, portant les traces de la bataille


Les deux autres croiseurs de sa classe sont coulés pendant la guerre russo-japonaise à Port-Arthur en 1904.

En 1906, l’Aurore retourne en mer Baltique et devient un navire d’entraînement pour cadets. Puis il sert pendant la Première Guerre mondiale. En 1915, son armement est modifié par le remplacement des petits calibres par des canons plus gros mais moins nombreux.
Après la révolution de février 1917, un comité révolutionnaire est créé sur le navire et la presque totalité de l’équipage se range du côté des bolcheviks.

Dans la soirée du 25 octobre 1917 (7 novembre 1917 dans le calendrier grégorien), lors de la révolution d’Octobre, une salve à blanc du croiseur, sous les ordres du commissaire Alexandre Belychev, signale le début de l’attaque contre le Palais d’Hiver. Ses marins débarquent et participent à tous les combats de ma révolution.

L’Aurore donne le signal de l’assaut du Palais d’hiver
Les marins de l’Aurore à Petrograd

En 1922, l’Aurore reprend du service comme navire d’entraînement. Pendant la Seconde Guerre mondiale, lors du siège de Leningrad, les canons sont retirés pour être utilisés au sol, sur le front. Le navire, amarré dans le port d’Orianenbaum (aujourd’hui Lomonossov), est bombardé et coule le 30 septembre 1941.

Après de grandes réparations en 1945-1947, l’Aurore est mis à quai définitivement sur le quai « Petrogradskaïa », le long du bras de la Neva dit la Grande Nevka, comme monument à la révolution d’Octobre. Il est devenu musée en 1957 et sera omniprésent dans l’iconographie soviétique.

« Gloire à Octobre »!
Les cigarettes « Aurore »
Le chocolat « Aurore »