Histoire de la Fabrique de Montres de Minsk

La fondation d’une fabrique de montres à Minsk fait suite à la Résolution n°1134 du Conseil des ministres de l’URSS et du Conseil des Ministres de la RSS de Biélorussie du 22 septembre 1953. Cela marque le début de l’industrie horlogère en Biélorussie.
La Fabrique de Montres de Minsk (Минский часовой завод) devait se concentrer sur la fabrication de montre pour femmes.
L’usine est construite avec l’assistance et les machine de la Fabrique de Penza, dans les circonstance difficiles de l’après-guerre (pénurie de main d’oeuvre et de machine dans toute l’URSS, une Biélorussie particulièrement martyrisée par l’occupation allemande).
Plusieurs montres Luch produites à Minsk existent, emboitant un Zaria 1800 (voir un modèle ici et une autre ici). La Fabrique de Penza ayant contribué à la création de celle de Minsk et le Luch 1800 de Minsk est identique au Zaria 1800 de Penza, il faut en déduire que la collaboration de Penza avec Minsk n’a pas consisté uniquement en machines, spécialistes, plans des mécanismes, mais aussi en un stock de Zaria 1800 (anciens?) à emboiter en attendant que Minsk produise ses propres Luch 1800.

Le bâtiment principal de l’usine était la premier bâtiment en Biélorussie utilisant la technologie du préfabriqué.
En 1954 les premiers bâtiments apparaissent, certains provisoires, et en 1965, l’ensemble est achevé pour l’essentiel, les chantiers se poursuivant pour offrir aux travailleurs logements, crèches, centre culturel et des installations sportives (dès 1954, 95 appartements sont mis en chantier sur l’avenue Staline, aujourd’hui avenue de l’indépendance). En décembre 1957, l’usine ouvre son école technique qui formera en 25 ans 13.000 jeunes travailleurs qualifiés.

Le début du chantier en 1953

Le premier directeur de la Fabrique est Grigori Mozhaev qui a occupé ce poste jusqu’à sa retraite, remportant de nombreux succès qui firent de la fabrique une des usines modèles de l’URSS. L’usine présenta sa propre gamme, sous la marque Luch (Луч, « Rayon ») et Zaria (« Aurore »), en 1956. Ce fut le début de l’industrie horlogère en Biélorussie. En 1956, 57,000 montres sont produits. Dans les deux années suivantes, 210.000 montres sont produits à Minsk.

Un atelier de la première usine
(collection B. Hanoï)

En 1960, le développement d’un nouveau calibre et la construction de la montre Minsk avec le mouvement d’un diamètre de 13 mm épais de 3,4 mm. En 1961, l’usine produit un lot de prototype mais en 1962, le développement de cette montre est suspendu au profit de la production de Poljot de Luxe, conçue autour du calibre 2209 par la Fabrique de Montres de Moscou N°1. La production du 2209 avait en effet été transférée à la Fabrique de montres de Minsk, qui l’utilisait pour animer ses montres Luch (il semble que la production du 2209 à Minsk s’étale de la fin des années ’60 à 1979). Ces montres sont produites à Minsk sous la marque Luch, mais aussi Vympel, Sekonda (pour le marché anglais), Corsar (pour le marché allemand), Cornavin, etc…  

En 1963, l’usine a été renommée « Association de production « Luch » (Производственное объединение «Луч»). En 1963, l’usine produit en masse des montres pour femme sous la marque Vympel (très exportées en grande-Bretagne), et en 1964 commence la production de la Luch modèle 1300 qui sera la plus petite montre jamais fabriquée en URSS. En 1965, c’est l’inauguration de la nouvelle usine qui emploie 4374 personnes et produit cette année là 1.265.773 montres.

En 1970, l’usine a 6.653 personnes: 5.207 ouvriers, 697 ingénieurs, 148 employés et 317 apprentis. En 1973, l’usine produit les montres de bord des automobiles Lada. En 1975 elle produit ses propres calibres 2209. Durant le 9e plan quinquennal (1971-1975), l’usine continue de s’illustrer: le volume de production augmente de 96,6%, et la productivité du travail de- par 81,4%. L’usine exporte alors dans 17 pays 22,6% de sa production.
Un arrêté ministériel du 18 Janvier 1976 charge la Fabrique de développer ses capacités de production en microélectroniques, à commencer pour la production horlogère. L’usine continue à dépasser le plan (elle solde le 10e plan quinquennal en assemblant plus de 22 millions de montres, dont 450.000 en dépassement du plan, et avec le label « marque de qualité » de l’URSS).
En 1980, l’usine a 25 ans et est devenue l’une des plus grandes entreprises dans l’industrie horlogère, employant plus de huit mille travailleurs- dont 5.253 ont été honorés comme « travailleurs de choc du travail communiste ». Durant ces 25 ans, la Fabrique aura produit 56 millions de montres, et elle entame alors la production de montres électro-mécaniques.

Publicité pour un montre élecromécanique Luch montrant un Iliouchine 62, symbole de la modernité (aéronautique) soviétique

La célèbre « tour de l’horloge » de la Fabrique de Minsk, qui fait partie de l’ensemble de l’avenue principale de la capitale, a été construite en 1979. Un an plus tard, l’horloge y est installée, avec des cadrans d’un diamètre de 6 mètres (l’aiguille des minutes mesure deux mètres). Les quatre mécanismes de la tour ont été développés par le combinat Saphir d’Erevan.

insigne de la fabrique (collection B. Hanoï)
Un montre électromécanique de la Fabrique de Minsk
La tour de l’horloge et, à sa droite, l’usine de 1965.

La Fabrique de Montres de Minsk a survécu à l’effondrement de l’URSS et produit des montres Luch avec un mécanisme à quartz importé du Japon.
Elle a d’abord été constituée, en 1992, en société anonyme, par séparation avec le MGO Chasprom soviétique.

Deux vidéos, produites à l’occasion de deux anniversaires de l’usine (2005 et 2015)

La Fabrique devient une société publique biélorusse en 1994. Elle est exposée à une procédure de faillite en 2006 en raison des méventes: fin 2009, ses stocks équivalent à 35,8 fois le volume de production mensuel! En 2009 commence une processus de privatisation auquel participe la société suisse Franck Muller International BV.

Voir ici le site de l’actuelle société: http://www.luch.by