Les horloges en porcelaine de Gjel

Une trentaine de villages situés au sud-est de Moscou produisaient des céramiques pour toute la Russie. Le nom Gjel (Гжель, transcrit Gzhel en anglais) est associé en Russie à la céramique depuis le 14e siècle. La production a commencé à domicile, mais assez tôt, les céramistes se sont organisés en ateliers. Les ateliers sont finalement devenus une usine avec des pièces formées dans des moules, les artisans étant responsables de pièces séparées, d’un style spécifique ou d’une décoration.

Les premières pièces ont été créées en faïence blanche avec des motifs bleus distinctifs. Des céramiques ont également été produites en utilisant une glaçure blanche à base d’étain et des motifs de glaçure colorée en bleu, vert, jaune et marron, plutôt que simplement en bleu sur fond blanc, dans un style appelé « majolique ». La couleur varie en fonction des matières premières utilisées. La faïence est généralement cuit à des températures plus basses que le grès ou la porcelaine, et peut rester semi-perméable à l’eau jusqu’à ce qu’il soit glacé.

Dans les années 1830, les céramistes de Gjel développèrent une faïence d’une qualité qui rivalisait avec la production anglaise de l’époque. Ils ont ensuite maîtrisé la production de porcelaine. La porcelaine est cuite à une température similaire à celle du grès, mais contrairement au grès, elle devient un blanc translucide.

Un samovar en porcelaine de Gjel
Un samovar de Gjel

Après la révolution de 1917, les faïenceries ont été collectivisées par l’État soviétique et réunies en « Guilde de la céramique » dans le village de Turygino, à environ 60 kilomètres de Moscou. Après la Seconde Guerre mondiale, les faïenceries étaient dans un état misérable et ne pouvaient pas reprendre la production de porcelaine . C’est Natalia Bessarabova, une sculpteur et artiste qui a relancé la tradition artistique séculaire. En 1972, la Fabrique de porcelaine de Turygino et d’autres fabricants de céramique de la région se sont transformés en Union Gjel. Cette renaissance de la céramique de Gjel a vu la gamme traditionnelle s’enrichir de thèmes soviétiques (kolkhoziennes, cosmonautes etc.).

Strela et Belka, les chiens de l'espace, sur un flacon fusée (la pointe de la fusée est le capuchon)
Strela et Belka, les chiens de l’espace, sur un flacon fusée (la pointe de la fusée est le capuchon)

Toute une gamme d’horloges murales de marque Mayak a été produite avec pour cadran une porcelaine de Gjel

(collection B. Hanoï)

Le mécanisme est généralement le 59206H à quartz ou le 65181 de la Fabrique d’Horloge d’Orel nécessitant une pile d’1,5V. Le boitier est de plastique blanc ou transparent.

Le boîtier est ici de plastique opaque, il est parfois de plastique noir ou transparent.